PoÍles et Cheminťes Chavot Artisan Constructeur
Olsberg

Nunnauuni

Authentiques NUNNA UUNI Experts en cheminée depuis plus d’un siècle

téléchargez le catalogue Nunna Uuni document pdf 4 Mo /

NUNNA UUNI, gage de durabilité : cette pierre ollaire résistante au feu est un matériau vraiment extraordinaire. Lorsqu’elle est utilisée efficacement et exposée à de très haute température, la chambre de combustion ne fait que devenir plus solide et résistante.

NUNNA UUNI, pour une accumulation de chaleur rapide : dans toute cheminée NUNNA UUNI, la chaleur dégagée par le feu est absorbée ultra-rapidement et très efficacement dans les pierres de la chambre de combustion. Aucune limite de vitesse n’est imposée à ce niveau-là.

NUNNA UUNI est synonyme de combustion propre : le système Feu doré permet d’optimiser encore plus l’efficacité des cheminées NUNNA UUNI. Même les gaz noirs émanant de la combustion disparaissent dans la chambre de combustion. Là aussi, c’est grâce à la périclase.

NUNNA UUNI, gage de durabilité

Une combustion rapide pour de longues heures de chaleur :
ne serait-il pas merveilleux si votre voiture pouvait rouler plus de 24 heures d’affilées en un seul plein ? c’est pourtant l’exploit que réalisent les cheminées NUNNA UUNI : une seule combustion permet, en effet, de profiter de plus de 24 heures de chaleur.

NUNNA UUNI, le point central de votre décor intérieur.
Foyer DOVRE faïences COLMAN
Foyer OLSBERG, four BAD BOY SCHMID faïences COLMAN
Foyer OLSBERG dalles réfractaires crépis plateaux
Foyer OLSBERG four SCHMID faïences COLMAN
Foyer OLSBERG faïences COLMAN
Foyer OLSBERG faïences COLMAN
Foyer OLSBERG prifit faïences COLMAN vert jade
Foyer SCHMID faïences KAUFMANN
Foyer SCHMID porte chrome banc chauffant
Poêle rond faïences KAUFMANN
Poêle traditionnel et pieds de lion

Les poêles de masse

Poeles de masses, poêles à air chaud et poêles combinés

Ces poêles de masse artisanaux sont faits sur mesure en fonction du besoin, les formes et le design sont également personnalisés. Ils sont souvent maçonnés en brique et pierre réfractaire avec des faces de finition en faïences ou crépies.
Le coût de fabrication est essentiellement réparti sur la main d’œuvre contrairement aux poêles de masse industriels.


Le poêle de masse

Le Poêle de Masse

C’est un poêle à bois avec une grande masse thermique de plus de 500kg à plusieurs tonnes composée de chamotte, briques réfractaires, faïences, etc., de manière à adoucir et mieux diffuser la chaleur et en allonger le temps de diffusion. On augmente ainsi le rayonnement et l’accumulation de la chaleur.On l’appelle également foyer de masse thermique ou foyer radiant. La diffusion de la chaleur se fait essentiellement par rayonnement et très peu par convection ce qui en fait le mode de chauffage à bois le plus économique et le plus durable.

Le poêle à air chaud

Poele à air chaud

Ce type de poêle permet de chauffer plusieurs pièces, éventuellement sur plusieurs étages, en canalisant l’air chaud de convection produit par le poêle. Ce poêle utilise le principe de la convection pour réchauffer l’air de la maison et le diffuser par le biais des canalisations d’air. Il fait également de l’accumulation de chaleur et du rayonnement. Les proportions sont de 30% de rayonnement et accumulation pour 70% de convection. Ce poêle peut facilement être installé dans un sous-sol.

Le poêle combiné

Poele combiné

Ce type de poêle combiné associe les deux principes précédents. Une partie de la chaleur est rendue rapidement par la convection et le rayonnement de la chaleur est obtenu par le recouvrement des conduits par des carreaux réfractaires ayant une importante capacité de stockage de la chaleur garantissant une restitution de celle-ci pendant de longues heures.Le foyer peut être conçu en brique réfractaire si la taille du poêle le permet, ou avec un foyer fonte dans le cas contraire.

Poêles en faïence

Historique
Employé depuis la nuit des temps, ce principe de chauffage est aussi appelé poêle à inertie. Si l'un de ses ancêtres est l'hypocauste des Romains, il évolue à travers les poêles russes, autrichiens, suédois ou encore plus récemment le poêle alsacien en faïence… Partout la même recherche : chauffer mieux en consommant moins de bois (qui venait à manquer vers le XVIIIe siècle).
Depuis les années 1980, plusieurs modèles sont développés en Finlande (NUNNA UNNI). À l'inverse des Russes, des Autrichiens ou des Suédois, les Finlandais n'ont jamais cessé d'utiliser le chauffage par poêle de masse même quand le pétrole était bon marché. Cette utilisation ininterrompue a permis d'engendrer beaucoup d'expérience.
En raison de ses multiples avantages, tels que le confort de sa chaleur par rayonnement ou l'économie importante de combustible, et poussé par le vent de l'écologie, ce système de chauffage se répand désormais même sous des latitudes où le climat est plus clément.

Principe
Le principe du poêle de masse est de stocker dans la masse qui le constitue l'énergie d'une flambée afin de la restituer régulièrement et progressivement sur une longue durée. Généralement, une flambée d'une à deux heures permet de chauffer pendant vingt deux heures environ, ce qui permet à son utilisateur de ne faire qu'une flambée par jour. Selon la masse du poêle, les flambées sont plus nombreuses et réparties en deux ou trois fois par jour. Plus la masse est faible, plus le nombre de flambée sera important.
Pour accroître l'efficacité de la flambée, le poêle de masse utilise le principe de la post-combustion. Ce principe vise à obtenir dans la première chambre de combustion une température suffisamment élevée des gaz émis par la flambée pour déclencher leur combustion dans une deuxième chambre. La température alors obtenue est de l'ordre des 1000°C. Pour pouvoir enflammer la créosote produite par la première combustion incomplète, il est nécessaire d'obtenir dans la première chambre une température de l'ordre de 600°C qui ne peut être obtenue que dans un foyer fermé. Il est aussi nécessaire d'apporter un complément d'oxygène qui sera fourni soit par un excédent d'air primaire (air arrivant dans la première chambre de combustion), soit par une arrivée d'air dite secondaire (injecté entre les deux chambres ou quelques fois dans le haut de la première). Un dernier stratagème consiste à favoriser le mélange des fumées avec cet apport de comburant soit par la création d'un tourbillon, soit par le brassage de l'ensemble grâce à des obstacles étudiés à cet effet.
Le combustible a son importance aussi pour arriver à une combustion complète. Non pas par sa qualité mais par sa teneur en eau qui ne devra pas excéder 15 à 20% de son poids. L'essence du bois importe peu, c'est l'humidité qui doit être la plus faible possible.
Une fois que des températures élevées sont obtenues, il serait dommage de perdre toute cette énergie en rejetant directement les fumées dans le conduit de cheminée. Aussi le poêle de masse est-il construit de manière à faire descendre ce flux de part et d'autre des deux chambres de combustion sur environ 2 mètres. Cette distance permet de diffuser la chaleur dans la masse par conductivité et ainsi de faire passer les gaz de 1000°C à 80°C) avant de les laisser s'échapper dans la cheminée.

En résumé : Une flambée vive avec un apport d'air suffisant et un combustible bien sec permet d'obtenir un maximum de chaleur qui sera emprisonnée dans le corps même du poêle. Il en résulte des dégagements très peu polluants et une production de cendres minime (de l'ordre d'un seau par mois pour une utilisation journalière).

Avantages : Les avantages sont multiples, allant du point de vue écologique au point de vue sanitaire. La chaleur dégagée par le poêle de masse est principalement rayonnante (souvent comparée à l'action du soleil) apportant un confort rapide et homogène. Ce mode de propagation évite aussi le brassage des poussières par une masse d'air chauffée par convection. À titre d'exemple, la consommation de bois est réduite à six stères de bois par saison de chauffe pour 150 m² pour un climat tempéré. Les émanations ne sont plus chargées de particules nocives et polluantes grâce à une combustion plus complète, ce qui fait de ce système de chauffage l'un des plus propres et performants qui soit.

Inconvénients : Le principal inconvénient pendant de nombreuses années provenait de la force de ce type d'appareil : l'inertie. Cela est toujours valable pour certains types de poêles de masse (poêles à double peau externe) ; Le temps de chauffer l'ensemble du poêle est proportionnel à sa masse. Pour ne pas endommager l'appareil, la montée en température doit être faite par feux graduels. Toute absence prolongée durant la période hivernale obligera donc à réchauffer progressivement l'appareil. Cela prend en général entre 36 et 48 heures durant lesquelles la température augmente graduellement. tous ces inconvénients sont fortement réduits avec la famille des poêles à simple peau, qui montent en chauffe plus rapidement et qui sont plus flexibles à l'usage..

Familles
Il existe plusieurs familles de poêles de masse. Le circuit des fumées détermine cette famille.
  • Le finlandais : Composé d'un foyer principal, d'un goulet d'étranglement donnant sur une seconde chambre de combustion/détente, les gaz sont d'abord mis sous pression et butant sur la dalle de fermeture du haut, ils sont forcés de redescendre dans les canaux de fumée jusqu'en bas du poêle. Ce faisant, les gaz perdent petit à petit leur chaleur qui est transmise aux murs latéraux. La particularité de ces poêles est leur connexion au conduit de cheminée au point le plus bas et le moins chaud du poêle. Un avantage pour la pérennité de la connexion.
  • Le suédois : Composé de plusieurs chicanes verticales forçant les gaz à descendre et à monter, a inspiré les finlandais. Cela dit, le dessin suédois n'a jamais été aussi abouti que le schéma finlandais. Une des raisons étant que les Suédois ont abandonné le chauffage au bois quand le pétrole était bon marché.
  • Le russe/ l'autrichien : Généralement assez massif; les chicanes sont plutôt horizontales. Ce dessin permet des bancs chauffants de grande longueur sur lesquels les gens dormaient.
Matériaux
Les matériaux utilisés peuvent être de plusieurs sortes : briques réfractaires haute densité, briques réfractaires courantes, briques simples, briques de terre crue (BTC), terre, argile, faïences et toute la gamme des pierres (suivant les régions grès, granit, stéatite, etc.). Les pierres volcaniques sont privilégiées, car plus à même d'encaisser les chocs thermiques répétitifs.
Pour l'emploi de ces divers matériaux, il est nécessaire de distinguer les différentes zones du poêle de masse.
Du foyer principal (600°C), jusqu'au début des conduits de fumées descendantes (1000°C), il est important de choisir une matière résistant à de telles températures, mais aussi ayant la capacité de résister aux chocs thermiques répétitifs. Dans la plupart des constructions actuelles la brique réfractaire haute densité (avec un taux d'alumine compris entre 25 et 40%) est utilisée pour le compromis qu'elle offre face au couple température / choc thermique. De plus sa capacité de chaleur massique permet une première accumulation de l'énergie produite. L'épaisseur des parois est de l'ordre de 12 cm, constituée soit d'une rangée unique de briques scellées à plat, soit de deux rangées de briques scellées sur la tranche.
Du milieu des conduits de fumées descendantes jusqu'à la sortie des gaz, toute matière réfractaire ou résistant à des températures allant jusqu'à 600°C peut être utilisée.
Pour l'habillage (parois construites autour du cœur de chauffe), les matériaux sont le plus souvent choisis sur des critères esthétiques. Il convient cependant de ne pas multiplier les couches pour une meilleure homogénéité dans la répartition de la chaleur. Un des critères est aussi la masse volumique du matériau utilisé car il participe au complément de la masse totale et donc au temps de 'décharge' du poêle. Cette couche fait habituellement 12 cm de large. L'important est que cette couche en contact avec l'air de la pièce, permette un échange de température par rayonnement (choix de la matière et de la couleur) et que la paroi passe de 60°C en fin de flambée à 40°C avant la flambée suivante. Soit une perte régulière d'un degré par heure environ pour un poêle à rechargement journalier.

La construction sur mesure de cheminées et de poêles en faïence
Les maîtres poêliers réalisent sur mesure des cheminées et poêles en faïence selon des cahiers des charges élaborés sur la base des souhaits des clients. Leur pose est assurée dans les meilleures conditions, selon les dispositions de sécurité en vigueur. La fourniture des foyers et autres pièces techniques entrant dans la composition des créations est assurée par des sociétés partenaires.

De la conception à l’installation, aucun souci !
Laissez vous guider par Mr Jean-Luc CHAVOT son expérience en est la meilleure garantie. Ses nombreuses réalisations vous prouvent sa compétence. Laissez-vous séduire par un produit prestigieux, hors du temps.

Une façon « moderne » de se chauffer :
Le poêle en faïence, nous donne cette chaleur « du bon vieux temps » confortable, saine mais surtout économique ! Selon la façon dont il est réalisé il transmet une chaleur soit par rayonnement, soit par convection.

Le poêle en faïence trouve sa place dans tous les intérieurs, maison ou appartements.
Notre large choix de carreaux (de la forme la plus traditionnelle aux carreaux très contemporains) et le grand choix de structures et de teintes (plus de 70), nous permette de concevoir sur mesure, et d’adapter à tous les espaces petits ou grands, votre poêle en faïence. Que vous l’imaginiez rustique ou classique, contemporain ou même futuriste confiez nous votre projet, nous le ferons aboutir ensemble.
ZAE La Louière (route de trepot) - 25620 L'Hôpital du Grosbois - Besançon Pontarlier - Tél.: 03 81 59 32 68 - SIRET: 0854567465443
poele faience chavot - poele faience chavot - poele besancon - poele faience chavot - poele besancon
Graphisme par Recto-Verso - Réalisé par DynAgence.fr : création site internet à Besançon.
Partenaire